Eliminatoires CAN 2023 : une métamorphose réussie du Syli national de Guinée

Spread the love
Le début des éliminatoires pour le onze national de Guinée a été soldé par une défaite contre l’Egypte de Sala, vice-champion d’Afrique lors de la dernière CAN au Cameroun. Ce fut un match épique au cours duquel les poulains de Kaba Diawara ont démontré leur courage, leur savoir-faire et leur détermination à défendre le tricolore guinéen. Seul un coup de billard a permis à cette équipe égyptienne de marquer l’unique but de la rencontre. Sur l’ensemble du match les jeunes joueurs de Kaba Diawara ont réduit les égyptiens à leur petite expression. Une équipe méconnaissable coincée dans ses derniers retranchements par la technicité des jeunes athlètes guinéens. Comme l’arbitrage est toujours est souvent aléatoire, le Syli se verra refuser des fautes et même pénalty dans la surface égyptienne. Qu’à cela ne tienne le visage que la sélection guinéenne a montré au stade du Caire va effrayer ses prochains adversaires.
Cette rencontre doit taire de nombreuses tergiversations sur la capacité de Kaba Diawara à tenir cette sélection dans de meilleures dispositions. Une équipe ne se reconstruit pas dans l’immédiateté comme le désirent de nombreux guinéens. Le Bénin face au champion d’Afrique s’est incliné 3 buts à zéro et de nombreuses autres équipes ont perdu leur premier match. Mais il faut reconnaitre qu’aucune d’elle n’a réellement livré un match à la hauteur du Syli de Guinée. Ce départ de Kaba Diawara est rassurant et promoteur car, les jeunes qu’il a réussi à dénicher ont du cran et savent jouer parce qu’habitués au haut niveau.
Certains parlent de son noviciat dans le rôle de sélectionneur mais, force est de reconnaitre qu’il y a belle lurette que les guinéens n’ont pas élaboré un tel fond de jeu. Malgré la valse des différents entraineurs qui se sont succédés, aucun n’a cependant réussi à produire la même performance. L’objectif visé par Kaba Diawara est de mettre sur pied une véritable équipe où il n’y aura pas de clans comme par le passé. Il a une personnalité, un caractère et il est conscient du défi qu’il doit relever pour faire honte à ses nombreux détracteurs. Ce n’est qu’un premier match en tant que technicien, il aura certainement remarqué ce qui n’a pas marché pour apporter un correctif face à la Namibie.
Il est temps pour tous les guinéens d’accompagner Kaba Diawara en lui prodiguant de bons conseils et en cessant de le discréditer pour des motifs inavoués. S’il s’est engagé pour ce poste de sélectionneur, c’est qu’il croit avoir la capacité et l’intelligence de l’assumer. Aucune pression ne doit être exercée sur lui quant au choix qu’il fait car c’est sa mission et non celle de ces nombreux guinéens qui pensent connaitre le football mieux que quiconque. L’objectif de Kaba Diawara ne se limite pas seulement à une qualification à la CAN, il veut que ses poulains remportent pour la première fois ce trophée continental.
Ceux qui ne voient pas plus loin que leur nez, doivent se retenir de faire certaines déclarations absurdes. Ce n’est pas sur un match qu’on peut juger un entraineur, il faut laisser le temps à ce technicien de livrer tout ce qui l’a motivé à postuler pour être sélectionneur responsable du onze national. Le prochain match du Syli qui doit se jouer au stade Lansana Conté offrira tout le loisir possible aux guinéens d’apprécier la véritable valeur de leur équipe nationale. Conscients du faux pas au Caire, Kaba Diawara et ses poulains savent qu’ils n’ont plus droit à l’erreur, ils prouveront que le match contre les Pharaons n’était pas une mise en scène comme le pensent de nombreux détracteurs.
Que les guinéens cessent de nourrir le sentiment funeste pour leur équipe nationale, toujours ce pessimisme obstiné qu’ils ont pour l’entraineur et l’encadrement. Tel n’a pas été retenu, tel n’a pas été choisi comme entraineur, il faut reconnaitre qu’il n’y a place que pour une seule personne et non pour plusieurs. Ce qui importe c’est surtout la victoire de la Guinée, l’intérêt de la nation et non la satisfaction des intérêts égoïstes.
Bon vent à Kaba Diawara et à ses poulains, l’espoir est permis !
MAM CAMPBELL
JOURNALISTE INDÉPENDANT ET ACTIVISTE
CONSULTANT EN COMMUNICATION

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Solve : *
27 × 10 =