FEMUA 15 : Une édition réussie

Spread the love
D’Abidjan à Bouaké, l’édition 15 du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA) a connu un très grand succès. L’organisation était au top et sur le plan artistique, les prestations étaient de taille. Que de magnifiques performances qui resteront gravées dans la mémoire du peuple ivoirien. Le FEMUA 15 fut une belle édition et réussie !
Article de BAL, notre envoyé spécial dans le pays de la lagune Ébrié 

La 15e édition du FEMUA a tenu ses engagements. Si la première grande soirée s’était révélée magique, lors de la seconde, samedi 29 avril 2023, à l’INJS (institut national de la jeunesse et des sports), l’ambiance était garantie. Avant la clôture à Bouaké, les chanteurs Santrinos Raphaël, Roseline Layo, KS Bloom, Booba, Samy Succès et Ferré Gola se sont respectivement succédé sur la grande scène du FEMUA à Abidjan. Du premier au dernier, chacun a validé sa place. Venus de toutes les communes de la capitale ivoirienne, les milliers de spectateurs présents se sont bien amusés aux rythmes des différentes sonorités et danses des têtes d’affiches.
(PHOTO) KS Bloom
Les différentes prestations musicales exprimaient aussi, la volonté des organisateurs dudit festival à diversifier les styles et univers musicaux.
Le FEMUA est devenu depuis plusieurs années, le carrefour des musiques et brassage des communautés africaines et européennes.
Grande performance du DUC de la Boulogne
À cette soirée inédite du samedi, le rappeur français d’origine sénégalaise Elie Yaffa de son vrai nom, était le plus attendu par les fans et un public excité de le voir.
Il est 1h du matin,  Booba monte sur la grande scène du FEMUA. C’était la joie. Paf ! Le show  monte d’un cran.
Après seulement sept minutes, la prestation de B2O est intérrompue par des bousculades constatéés et une légère panne technique. Pas trop de prises de tête ! L’incident était passager ! Soudain, le commissaire général du FEMUA, Salif Traoré « A’Salfo » monte pour la première fois sur scène pour sensibiliser les spectateurs afin que tout revienne à la normale. Après 28 minutes d’interruption, c’est un Booba joyeux et avec une bouteille de champagne comme d’habitude qui remonte sur scène. En communion avec le public conquis à sa cause, le DUC fait une prestation électrique d’une heure quinze minutes. Figurez-vous, c’était l’un des moments forts de ce FEMUA 15.
Booba et A’Salfo : Que c’est beau !
L’ambiance du festival ne faiblit pas
Il est maintenant 3 heures 6 minutes, le zouglou est présent avec le « chouchou » du moment Samy Succès. Égal à lui-même, il gratifie le public de 43 minutes de chants, de danses avec des chorégraphies bien assimilées.
Le chanteur « adulé » profite de l’osmose pour véhiculer des messages de sensibilisation sur la « sécurité alimentaire et agriculture durable » qui est le thème de cette édition.
(PHOTO) Samy Succès, chanteur zouglou
Plus loin, Samy Succès invite les autorités et populations de Côte d’Ivoire à cultiver davantage le vivre ensemble. La paix, l’amour et la reconciliation nationale, gage de stabilité et de développement.
Ferré Gola le Padré, star congolaise de la Rumba a eu l’honneur de boucler la 15ème édition du FEMUA. Avec prestance et élégance, Ferré dès les premières notes avec sa puissante voix met le public d’accord. De 4 heures 13 minutes à 5 heures 30, Ferré Gola a fait voyager le public entre la Rumba qu’il affectionne tant et le n’dombolo. Pas meilleure programmation pour finir en beauté l’étape d’Abidjan.
(PHOTO) Ferré Gola, Star congolaise de Rumba
Le soleil ne s’est pas couché à Bouaké
À Bouaké au centre de la Côte d’Ivoire et à 342 kilomètres d’Abidjan, c’est l’ancien stade de la ville qui a servi de cadre de clôture du FEMUA 15.

Autorités, populations et festivaliers se retrouvent de 21 heures à l’aube pour chanter et danser en compagnie des artistes dont Baaba Maal, Ferré Gola, Singuila, Dibi B, Roseline Layo et Safarel Obiang.

(PHOTO) Chanteuse ivoirienne de variétés, Roseline Layo
Les populations de Bouaké ont eu leur FEMUA et se sont bien enjaillées aux rythmes saccadés du m’balax, rumba, zouk, RnB, coupé décalé, rap ivoire et de la variété urbaine. C’était top!
Une fois de plus, le Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA) fut un succès, un véritable régal musical.
Vivement Le FEMUA 16 !

 

Sitanews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici