RTG-Nimba : le logo tant décrié de dame Aminata Kaba fait son retour

Spread the love

L’ordre serait venu d’en haut et il n’a fallut que quelques secondes pour que le directeur général de la RTG s’exécute.

Dame Aminata Kaba, ministre de la communication, dont l’autorité s’est largement effritée dans la crise qui l’oppose aux travailleurs de la RTG ne sait plus où donner de la tête.

Le nouveau logo ramené le samedi sans ménagement sur le petit écran de la télévision nationale en lieu et place du logo authentique admiré de tous, aurait été rendu possible grâce à un coup de fil de Djiba Diakité.

Le jeu de ping-pong auquel nous avons assisté dès le début de cette affaire en dit long sur le désordre actuel qui caractérise la gouvernance CNRD.

Fait assez inédit pour le mentionner, ce média dit de service public, mais traditionnellement assujetti à l’Exécutif, vient de donner un signal fort sur sa volonté d’émancipation vis-à-vis de l’autoritarisme.

De quelle marge de manœuvre disposent les travailleurs de la maison-mère des médias ?

Cette question vaut tout son pesant d’or quand on sait que la RTG est un puissant relais de la propagande des forces de l’oppression à côté de l’armée.

Et pourtant, la structure syndicale de la RTG, recouverte d’une certaine aura, sous le leadership d’un groupe de jeunes audacieux, ne saurait ignorer ce coup de massue qu’inspire le retour forcé du logo conçu par Mme Aminata Kaba également à l’origine du nouveau plateau de la télévision, autre élément de discorde.

Une chose est sûre, l’actuel logo, depuis son apparition sur le petit écran, suscite autant de critiques chez le citoyen lambda et les professionnels de la presse.
Au nom de la prétendue solidarité gouvernementale dont la télévision guinéenne fait écho d’ailleurs à chaque occasion ces derniers temps, le CNRD n’est pas prêt à lâcher du lest. Dame Kaba qui n’est plus en phase avec la grande majorité du personnel de la communication pourra gouverner autrement en imposant ses idées. Quitte à donner des ordres par procuration. Pour ce faire, un appel au sommet ne serait-il pas une bonne échappatoire?
De tout ça, l’on retient l’amateurisme déconcertant de ce gouvernement dont plusieurs membres, à l’image du CNRD, ont montré leurs limites.

SOULEYMANE SOUZA KONATE, CONSEILLER CHARGÉ DE COMMUNICATION DE CELLOU DALEIN DIALLO ET MEMBRE DU CONSEIL POLITIQUE DE L’UFDG.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici